Féodalité, vie et mort d'un régime

L'Ancien Régime, le régime féodal de servitude en place depuis le 12ème siècle, les guerres et les épidémies ont particulièrement affaibli la population locale qui ne comptait que 140 âmes environ en 1705. Si un redressement démographique s'opère après cette date, la servitude et les taxes écrasent les habitants de la localité. Particularité à Audun : il existe deux types de sociétés. Il y a principalement les gens qui vivent de la terre (des manouvriers aux laboureurs), et ceux qui vivent de l'exploitation du fer (fondeurs, affineurs, platineurs, mineurs, laveurs de mines, bûcherons et voituriers). Tous ces gens sont la propriété du seigneur (sauf les affranchis qui achètent leur liberté à ce dernier) qui exerce sur eux une pression constante par l'entremise de taxes lourdes sur le fruit de leur travail, de services à rendre aux châteaux et dans les champs et forêts lui appartenant. Les libertés sont réduites (droit de "forfyance" - interdiction de quitter le territoire de la seigneurie, droit de "formariage" - interdiction de se marier en dehors des limites de la seigneurie, et le droit de "mainmorte" - qui autorise le seigneur à s'accaparer la moitié des biens du serf en cas de faute avérée de sa part). Les personnes travaillant dans les forges appartenant toutes au seigneur semblent avoir été privilégiées, car elles échappent aux servitudes telles que les corvées et la garde aux châteaux. Ceux qui travaillent au bois et dans les forges ne paient pas les droits banaux au four et au moulin. Les femmes et les enfants sont mis à contribution dans tous les métiers pénibles que ce soit à la terre ou aux forges.
 
 

A Audun, les Malberg étaient particulièrement enclins à maintenir leurs sujets dans l'état de servage, intentant même des procès aux individus qui passèrent outre les règles établies. Contrairement aux seigneuries voisines, ils n'accordent pas de charte de franchise à leurs gens et tentent même d'alourdir les taxes  et d'ajouter des corvées supplémentaires, ce qui provoque le soulèvement des communautés locales qui obtiennent gain de cause devant les tribunaux en 1468. Les taxes sont constituées par la taille qui est l'impôt direct prélevé en argent en fonction de la richesse de chacun par le maire du village (fonction peu prisée par les villageois), la dîme et un droit de terrage (une fraction) sur les récoltes. Avec le rattachement de la Lorraine à la France en 1766, s'ajoutent le vingtième dévolu au souverain et des taxes nouvelles sur le sel, le tabac et les épices. Toutes ces taxes sont rappelées une fois l'an en assemblée (les plaids annaux) présidées par le maire, les échevins et les officiers seigneuriaux et sont rendues obligatoires pour tous les habitants. Le régime de servitude a par contre été fortement limité par une nouvelle législation en 1719 et toute sujétion d'un homme à un autre définitivement abolie le 4 août 1789, mettant un terme à une situation d'injustice sur le plan des libertés individuelles difficilement vécue par la population.
 
Les deux plus anciennes maisons d'Audun-le-Tiche (dates de fondation : 1751 en haut et 1765 en bas)
 
Lorsque le prêtre annonce qu'une assemblée réunissant tous les habitants de plus de 25 ans doit se tenir pour le 15 mars 1789, Audun compte 108 feux et 516 habitants. Son objectif est de réunir en un cahier les doléances des habitants qui sera remis au roi pour l'éclairer sur les maux qui frappent son royaume. Celui d'Audun contient 17 revendications d'ordre fiscales et économiques sans aucune remise en cause de l'autorité royale ou du régime en place. Seule une revendication semble conforme aux idées nouvelles : placer les trois ordres sociaux (clergé, noblesse et tiers-état) au même pied d'égalité devant l'impôt en fonction de leur "force et capacité". Un trait marquant est la quiétude du village pendant les heures tourmentées de la Révolution et les changements de régime politique qui vont s'opérer à l'échelon national jusqu'à l'annexion du village en 1870 au Reich allemand. Une nouvelle période s'ouvre, entraînant de profondes transformations avec le développement important des activités sidérurgiques.
 
(Photos : F. Pokrandt, texte inspiré de la bibliographie reprise sous l'onglet "Médias")



Calendrier
« Octobre 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031
Dernières modifications